Pédagogie - Matières

Collège Cahingt de Londinières

L'espace dédié aux différentes disciplines scolaires enseignées

Vous êtes ici : accueil » article » Rue de l'arrivée, rue du départ par les 3ème A

Rue de l'arrivée, rue du départ par les 3ème A

Rédigé par Madame Pilon - 02 avril 2012 -

Les 3 classes de 3ème ont assisté au spectacle Rue de l'arrivée, rue du départ qui est un ensemble d'extraits du livre Aucun de nous ne reviendra de Charlotte Delbo, une rescapée des camps de la mort.

Charlotte Delbo était une Résistante communiste. Elle a été arrêtée avec son mari en 1942: son mari a été fusillé à l'âge de 28 ans. Elle a été déportée à Auschwitz en 1943 avec un convoi de 230 femmes: seules 49 survécurent. Elle faisait partie du convoi 31000: elle a reçu le numéro 31661, qui est tatoué sur son bras, avec un triangle qui montre qu'elle fait partie des prisonniers politiques (l'étoile de David était réservée aux Juifs). C'est la 1ère étape vers la perte de leur identité et vers la déshumanisation.

Son témoignage raconte la vie au camps sans édulcorer la réalité, elle dit les faits tels qu'ils se sont produits, sans atténuer la réalité.

Elle nous explique les horreurs des camps, la dureté du travail inutile (exemple: démonter une maison pour la reconstruire juste après) destiné à les tuer lentement. Mais les déportés sont solidaires: ils réussissent l'exploit de rester humains.

Effectivement, Lulu, une autre déportée, aide Charlotte à supporter le poids de la mort qui l'entoure : « je n'en peux plus », lui confie Charlotte.

Dans l'entretien qui a suivi le spectacle, nous avons appris que la nièce du général de Gaulle ,qui a également été déportée, s'était refusée à pousser le cadavre d'une camarade pour occuper sa place: elle voulait respecter la dignité de sa camarade, et ainsi résister à l'univers concentrationnaire.

Nous avons ressenti de la tristesse et de la compassion envers Charlotte Delbo ainsi qu'envers tous les déportés. Nous avons été frappés d'apprendre que les nazis détruisaient moralement et physiquement des déportés. Les nazis utilisaient les cendres des déportés pour tenter d'assécher les marais: aujourd'hui encore, des os remontent à la surface des marécages. Les nazis n'avaient aucune considération pour l'être humain.

 

Charlotte Delbo écrit son livre en 1945 suite à sa libération: il ne sera publié que 20 ans plus tard car elle estime que les gens ne sont pas encore prêts à entendre cette réalité. Elle veut nous faire ressentir ce qui se passe pour ne pas que ça se reproduise.

 

L'ensemble de la classe a apprécié le jeu des acteurs et la mise en scène.

Seul bémol : le spectacle était trop court: une fois qu'on était bien plongé dans l'histoire, le spectacle s'arrêtait.

#1 vendredi 13 avril 2012 @ 08:08 Peyrottes a dit :

Bonjour Madame,
Nous vous remercions de ce compte rendu dont je viens de prendre connaissance, pourriez vous signaler,que ce spectacle mis en scène par Claude Alice PEYROTTES, est une création du CDR/Théâtre des deux Rives, et de la Compagnie Bagages de Sable, avec les compagnons du GEIQ, Taya SKOROKHODOVA, Rémi DESSENOIX,Romain TAMISIER.
Nous gardons un très bon souvenir de votre accueil et de l'attention des élèves.
Cordialement
Claude Alice Peyrottes

Les commentaires sont fermés.