Pédagogie - Matières

Collège Cahingt de Londinières

L'espace dédié aux différentes disciplines scolaires enseignées

Vous êtes ici : accueil » article » L'orient ancien au 3è millénaire avant JC

L'orient ancien au 3è millénaire avant JC

Rédigé par Monsieur Garat - 15 octobre 2010 -

  Leçon sur l'antiquité  . Histoire des Arts classe de 6ème

 

Aïda - Giuseppe Verdi

Luciano Pavarotti, dans le rôle de Ramades

A Memphis,en Egypte, le Grand-Prêtre Ramfis annonce que les Ethiopiens sont sur le point d'envahir l'Egypte. Le jeune officier Radamès espère être désigné comme commandant des armées égyptiennes. Il aime Aïda, une jeune esclave éthiopienne ; mais il est aimé d'Amnéris, la fille du roi d'Egypte.

Ce dernier, paraît et annonce à Radamès que la déesse Isis l'a désigné pour commander les troupes d'Egypte. Aïda, restée seule confesse son dilemme : elle aime Radamès, mais la défaite des éthiopiens signifierait le massacre de son peuple et peut-être la mort de son père, le roi éthiopien Amonasro. Un peu après, Amnéris, dans ses appartements, est préoccupée par ses amours pour Radamès. Elle a conçu des doutes quant aux sentiments de son esclave Aïda pour ce dernier, et pour en avoir le coeur net, lui faire croire qu'il a péri au cours de la bataille. Aïda chancelle sous le coup, et par là avoue. Amnéris la menace de sa haine, tandis que le choeur chante au loin la victoire de l'Egypte. En effet, le peuple et les Grands-Prêtres acclament les troupes égyptiennes victorieuses et leur chef Radamès. Les prisonniers éthiopiens sont introduits, avec parmi eux Amonasro. Radamès demande au roi d'Egypte, en récompense de sa victoire, la grâce et la liberté pour ses vaincus. Le roi accepte, et de surcroît, lui offre la main de sa fille Amnéris. Aïda et Radamès, chacun en apparté, se désespèrent. Un peu plus tard, sur les bords du Nil, Amnéris, accompagnée par le Grand-Prêtre Ramfis, est venue prier dans le temps d'Isis pour que lui soit assuré l'amour de Radamès. Aïda vient elle aussi sur les bords du fleuve sacré pour exprimer son éternel dilemme. Mais son père Amonasro, qui vient de surprendre l'amour de sa fille pour Radamès, fait appel à son patriotisme pour qu'elle obtienne de celui qu'elle aime les secrets de sa prochaine stratégie militaire. Radamès paraît, et Aïda lui propose de fuir pour sauvegarder leur amour. Radamès s'y résigne après un violent débat intérieur, et il révèle alors le chemin que doivent emprunter ses armées pour combattre l'arrière-garde ennemie. A peine a-t-il parlé qu'Amonasro, qui était caché près d'eux, pousse un cri de triomphe et veut entraîner avec lui les amants. Mais Radamès, qui a pris conscience qu'il vient de trahir son pays, se livre au Grand-Prêtre Ramfis. Dans la palais royal de Memphis, Amnéris propose un marché à Radamès que lui ont amené ses gardes : s'il veut bien l'épouser et oublier définitivement Aïda, elle obtiendra sa grâce. Radamès lui répond qu'il refuse d'être infidèle à celle qu'il aime, et qu'il entend subir son destin. Le Grand-Prêtre, entouré de ses acolytes, vient prononcer la sentence : pour avoir été traitre à la patrie, Radamès sera emmuré vivant. Amnéris se lamente et se traîne aux pieds des Prêtres ; elle les supplie et les maudits en vain. En vain. A la fin de l'oeuvre, la dalle du caveau a été scellée sur Radamès qui attend maintenant la mort, tout en tournant sa pensée vers Aïda qu'il ne reverra plus. Mais une présence se manifeste. C'est Aïda qui s'était glissée auparavant dans la crypte pour partager le supplice de ce lui qu'elle aime. Aux voix des amants que la mort va définitivement unir, se joint au-dessus de la dalle de leur tombeau celle d'Amnéris, elle aussi murée dans sa passion qui restera à jamais insatisfaite.

 

 

* L’écriture cunéiforme: est l’écriture des Assyriens, Perses formée de signes et de clous

 

* Les hiéroglyphes ont été inventés par les Egyptiens vers 3000 avant Jésus-Christ. Les hiéroglyphes (qui veulent dire écriture sacrée), sont des symboles. Ce sont les Egyptiens qui ont utilisé en premier du « papier » comme support d’écriture. Ils utilisent des tiges de papyrus, coupées en lamelles, qu’ils superposent en deux couches perpendiculairement.

* Le Cinquième concerto pour piano et orchestre dit l'Egyptien de Camille Saint Saëns Le compositeur 1835- 1921 Compositeur français, virtuose et chef d'orchestre, il est l'auteur de nombreux opéras dont Sanson et Dalila, d'oeuvres religieuses, symphoniques et du fameux Carnaval des animaux qu'il considérait comme une oeuvre mineure, Aux dires du compositeur, ce concerto emprunte au folklore égyptien « un voyage en Orient manifestant un chant d'amour nubien que j'ai entendu chanter par des bateliers sur le Nil », lors de son voyage en Egypte, à Louxor, en 1895.

Les commentaires sont fermés.