Pédagogie - Matières

Collège Cahingt de Londinières

L'espace dédié aux différentes disciplines scolaires enseignées

Vous êtes ici : accueil » article » La France de l'entre-deux-guerres

La France de l'entre-deux-guerres

Rédigé par Monsieur Garat - 18 octobre 2010 -

Histoire des Arts - Cours pour la classe de 3ème

* La Règle du jeu de Renoir : ce film est un portrait acide d’une certaine société française d’avant guerre.


L’aviateur André Jurieu vient de traverser l’Atlantique en solitaire pour conquérir le cœur de Christine : son amour éternel qui a épousé le marquis de la Chesnaye, un aristocrate parisien. Celle-ci se montrant indifférente à l’exploit, Jurieu tente de se suicider. Son ami Octave le fait alors inviter chez Christine et son riche époux, pour une partie de chasse en Sologne : il y meurt. En résumé, l’ordre social ne peut être troublé…



* Ray Ventura : est un chef d'orchestre et éditeur de musique français. Il était l'oncle du chanteur et guitariste Sacha Distel. Il joue un rôle non négligeable pour la promotion du jazz en France au cours des années 1930 .[Il fonde un des premiers orchestres à sketches de France, "Ray Ventura et ses Collégiens" (premier disque en 1929 ; concerts et tournées à partir de 1931). Tout va très bien Madame la Marquise est en l’illustration en 1935 : en effet à la porte du pays frappent la crise de 1929 et son lot de troubles économiques et sociaux. Ray Ventura dénonce cela dans cette chanson.



*Joséphine Baker : {1906- 1975} est une célèbre chanteuse, danseuse et meneuse de revue. D'origine métissée afro-américaine. Elle est la première star noire. Elle prend la nationalité française en 1937, et pendant la Seconde Guerre mondiale joue un rôle important dans la résistance à l'occupant. Elle utilisera ensuite sa grande popularité dans la lutte contre le racisme, et pour l'émancipation des noirs, en particulier en soutenant le Civil Rights Mouvement de Martin Luther King.

Joséphine Baker et son célèbre pagne de bananes dansant lors de sa « Revue Nègre » à Paris




* Les Surréalistes : Le groupe des Surréalistes s’est formé à partir de l’esprit de révolte qui caractérise les avant-gardes européennes des années 1920. Tout comme le mouvement Dada, auquel certains ont appartenu, ces poètes et ces artistes dénoncent l’arrogance rationaliste de la fin du 19e siècle mise en échec par la guerre. Constatant néanmoins l’incapacité du Dadaïsme à reconstruire des valeurs positives, les Surréalistes s’en détachent pour annoncer l’existence officielle de leur propre mouvement en 1924. Dominé par la personnalité d’André Breton, le Surréalisme est d’abord d’essence littéraire : une expérimentation du langage exercé sans contrôle. Puis cet état d’esprit s’étend rapidement aux arts plastiques, à la photographie et au cinéma, non seulement grâce aux goûts de Breton, lui-même collectionneur et amateur d’art, mais aussi par l’adhésion d’artistes venus de toute l’Europe et des États-Unis pour s’installer à Paris, alors capitale mondiale des arts. Les artistes surréalistes mettent en œuvre la théorie de libération du désir en inventant des techniques visant à reproduire les mécanismes du rêve. Ils s’efforcent de réduire le rôle de la conscience et l’intervention de la volonté. Le frottage et le collage utilisés par Max Ernst, les dessins automatiques réalisés par André Masson, les rayographes de Man Ray, en sont les premiers exemples. Peu après, Miró, Magritte et Dali produisent des images oniriques en organisant la rencontre d’éléments disparates. Dali s’oppose aux engagements politiques de certains artistes, surtout des Surréalistes qui adhèrent aux idées communistes et socialistes, qui prennent fait et cause pour Staline. Le peintre s’oppose à cela en précisant que l’art ne doit pas s’engager, l’artiste doit être libre et refléter d’autres idées. Il se fait exclure du mouvement par André Breton qui lui reproche ses actes contre-révolutionnaires Leur première exposition collective a lieu à Paris en 1925. Puis le mouvement se diffuse à l’étranger pour atteindre une renommée internationale avec les expositions de 1936 à Londres et à New York, notoriété renforcée par l’immigration aux États-Unis de la majeure partie du groupe pendant la guerre. Le Surréalisme a ainsi profondément inspiré l’art américain : la pratique de l’automatisme est par exemple l’une des origines du travail de Jackson Pollock et de l’Action Painting, tandis que l’intérêt porté par les Surréalistes au thème de l’objet annonce le Pop Art.


* Caricature des années 1936, suite aux congés payés : il est mal vu que les ouvriers prennent des vacances et partagent les mêmes lieux lors des vacances.


Caricature de Pol Ferjac, Le Canard enchaîné, 12 août 1936
Les salopards en vacances.
–" Vous ne pensiez pas que j'allais me tremper dans la même eau que ces bolcheviks !"*
* Dans le contexte, les bolcheviks désignent les ouvriers.

#1 lundi 22 août 2011 @ 13:05 faire garder son chat a dit :

<p>
Bonjour, je vous remercie d&#39;avoir partag&eacute; ces informations sur cette &eacute;poque de l&#39;histoire. Carine</p>

Les commentaires sont fermés.